Info

Point de vue. École : l’espoir d’une politique en rupture ?

...
photo photo d'illustration 2

Photo d'illustration © Archives Ouest-France

Point de vue. Par Guy Coq, philosophe, spécialiste des questions d’éducation et écrivain.

Qu’on le reconnaisse ou non, le système scolaire est travaillé par deux logiques venant de la société démocratique : d’une part une logique égalitaire, d’autre part une logique élitaire. Le mépris de l’une ou de l’autre entraîne les deux perversions du système scolaire : l’égalitarisme et l’élitisme, qui se nourrissent l’une de l’autre. Un équilibre entre les deux logiques est nécessaire au progrès de la justice dans le système scolaire. La logique élitaire est aussi nécessaire que l’autre, dans la démocratie. Elle était au cœur du plan Langevin-Wallon qui fut autrefois la bible de la réforme de l’école.

En négligeant la logique élitaire, les politiques scolaires l’ont laissé déraper en élitisme, quand le principe d’égalité qui, censément, les animait, devenait égalitarisme. La logique égalitariste allait jusqu’à négliger les conditions d’une juste recherche de l’excellence. On remit en cause les classes bilangues en oubliant qu’elles mettaient au premier plan une sélection par le mérite. On visait des réformes du secondaire, quand on oubliait que la source des échecs scolaires est dans les premières années.

L’impulsion politique donnée par le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, correspond à une véritable rupture. L’accent mis sur le CP et le CE est une mesure qui va dans le sens d’une restauration de l’égalité négligée par l’égalitarisme. Seulement, remettre en cause l’élitisme pour instaurer un équilibre entre égalité et élite méritocratique suppose de mettre à plat le système des filières protégées. La nouvelle politique éducative est exposée à deux menaces qui pourraient la rendre inefficace. La première : la précipitation. La seconde : en France, on sait multiplier les procédures d’évaluation des écoliers, mais on repousse l’idée qu’il faudrait une évaluation des politiques scolaires.

Risque de disqualifier une mesure

La précipitation menace la création de classes à petit effectif. Car il ne suffit pas de mettre précipitamment 12 élèves par classe de CP dans certaines écoles si l’on ne prend pas le temps de préciser : pour quoi faire, et comment ? Si c’est pour organiser sur 12 élèves le même style d’enseignement que pour 24… on risque de disqualifier une mesure qui est en effet la condition d’une lutte contre l’échec, mais avec un remaniement de l’action pédagogique. Le plus inquiétant est que celles-ci sont mises en place au détriment d’une mesure qui semblait prometteuse : l’école avec un poste d’enseignant de plus que de classes. Comment créer les conditions de réussite des classes à 12, alors qu’on repousse une évaluation de l’expérience du maître supplémentaire ?

De plus, pour créer au plus vite les classes à 12 on diminue l’expérience du maître en plus et on limite les possibilités de remplacement en cas d’absence de l’instituteur. Tout se passe comme si l’on mettait en concurrence deux mesures fondamentalement complémentaires : la classe à 12, le maître en supplément.

On veut espérer une prise en compte rapide de la nécessité d’une évaluation des politiques scolaires, avant de remplacer des mesures non évaluées par d’autres. Peut-être faut-il créer une institution indépendante dotée des moyens d’évaluation… ?

Cette inquiétude vaut pour la suite des bouleversements annoncés par le ministre. Car ces grandes annonces, notamment sur le bac, précèdent l’initiative d’une évaluation du système actuel : ainsi les effets pervers de l’ambition démagogique du bac pour tous… n’ont pas été analysés, ni la dévalorisation de l’enseignement technique.

 
Ouest-France  

Donnez votre info

  • merci d'indiquer un nom de film
    merci d'indiquer un titre'
    • Choisir un resto :
    merci d'indiquer un nom de restaurant

    merci de saisir l'adresse du restaurant
    merci de saisir la ville du restaurant

    • Choisir un bar :
    merci d'indiquer un nom de bar

    merci de saisir l'adresse du bar
    merci de saisir la ville du bar

    merci d'indiquer un titre à votre avis
  •  
  • merci d'indiquer un contenu à votre avis
    merci de saisir une note
    L'accueil / la qualité du service
    merci d'indiquer une note pour l'accueil

    L'ambiance / le décor

    merci d'indiquer une note pour l'ambiance

    Le rapport qualité / prix

    merci d'indiquer une note pour le prix
Retour en haut